... / ... Van Gogh l'instinctif, l'inspiré, le prophète, du moins telle est la légende, précise à l'intention de Théo : ne crois donc pas que j'entretiendrais artificiellement un état fiévreux, mais sache que je suis en plein calcul compliqué d'où résulteront vite l'une après l'autre des toiles faites vites, mais longtemps calculées d'avance  (c'est Van Gogh qui souligne).

Van Gogh a préféré, comme il l'a écrit un jour, être "cordonnier" plûtôt que "musicien des couleurs", mais ainsi, faute de n'avoir pas inventé la peinture abstraite, Van Gogh peut être tenu pour responsable non seulement du fauvisme, mais aussi de l'expressionnisme... dont je ne me ferai pas l'avocat. Van Gogh a annoncé une peinture abstraite qu'il n'a pas lui-même accomplie, mais n'était -il pas bon prophète le jour où il écrivait à Théo : le peintre de l'avenir c'est un coloriste comme il n'y en a pas encore eu, (c'est Van Gogh qui souligne : III , 64). Afin de ne pas blesser sa modestie, je ne nommerai pas ce coloriste comme il n'y en avait pas encore eu du temps de Van Gogh .../ ... Van Gogh donne donc une importance primordiale au travail intellectuel, mais si sa méthode est abstraite, sa peinture demeure figurative. Ne voulant pas renoncer au primat de la figuration, et pourtant d'abords soucieux de cette haute note jaune qu'il atteindra, lui-même le dit, pendant l'été 1889, Van Gogh se heurte à une contradiction qui recevra et ne pourra recevoir que des solutions partielles et toujours provisoires. Je n'insisterai pas sur ce qui a déjà été fort bien  analysé depuis longtemps : il y a un pouvoir expressif des couleurs, et c'est ainsi que Van Gogh espère exprimer l'amour de deux amoureux par un mariage de deux complémentaires. A cet égard le tableau le plus accompli est sans doute le très justement célèbre Café de nuit où par une antithèse de verts et de rouges Van Gogh exprime les terribles passions humaines.  Outrant non seulement la couleur, mais le dessin, Van Gogh se justifie en déclarant : si on faisait la couleur tout juste, ou le dessin tout juste, on ne donnerait pas ces émotions-là. le Café de nuit est une réussite, mais la contradiction entre les exigences de la peinture et celles de la figuration demeure. Par humilité , par amour de la nature, de la réalité la plus pauvre, 

 

Le  texte intégral de Roger Laporte a été publié dans le n° 11 de la revue Il Particolare  Marseille. 

Van Gogh, un paradigme pour Albert Ayme.

Extrait de l'allocution de Roger Laporte au colloque de Cerisy la Salle consacré à Albert AYME et en sa présence en 1982 

(Direction Jean Ricardou)

 

Suite en jaune n° 3 variation n° 2 -  1986