S E I Z E   E T   U N E  V A R I A T I O N S

1963

Triple hommage à Raymond Roussel, Haendel et Ucello

 

SEIZE ET UN VARIATIONS réalisé en 1963 est le développement d'un thème plastique soumis à la loi sévère de la fugue : travail à partir d'une unique forme "trouvée" non géométrique au terme duquel est ressuscitée la forme origininaire, inversée, non peinte, dans un mouvement à srtucture circulaire. A travers cette fugue picturale s'entrecroisent en réalité trois hommages à un écrivain, un musicien et un peintre. Rappel d'abords d'un travail d'écriture anrtérieur (RAYMOND ROUSSEL) l'oeuvre de celui-ci faisant référence à l'Oratorio VESPER de HAENDEL construit comme un procédé fourni par le hasrd seul et consistant à se faire dicter une note à chacune des 23 marches d'un escalier desendu par un musicien. Enfin à l'intérieur des SEIZE ET UNE VARIATIONS, la quinzième est un hommage à UCELLO, l'ensemble constituant ainsi une chaine d'inter-relation  en profondeur (pratique de la mise en abîme).

Nous sommes ici en face d'une démarche historique non exclusive de la peinture et fondée sur un refus du cloisonnement entre les diverses activités symboliques en vue de la reconnaissance d'un statut unique pour toutes les méthodes de création poétique. On peut retrouver cette volonté dans les oeuvres de quelques uns des plus grands écrivains contemporains (Francis Ponge, Michel Butor, Roger Laporte). Oeuvre fugée donc, formée de seize fugues. Oeuvre cyclique mais non fermée cependant. Démarche logique où le sujet prend son origine dans le matériau plastique, où génèse et état définitif sont confondus dans une même structure transparente d'une oeuvre révélant en filigrane l'histoire de sa création. Aperception globale d'une oeuvre ramenée à son unité organique de conception c'est à dire envisagée comme un tout indivisible multiple et unique simultanément (déploiement en album, redéploiement en livre. Mallarmé.

A ceux qui en seraient tentés, je propose de m'accompager pour déchiffrer à leur tour cette tentative, pour la vérifier, pour revivre sa génèse en allant à la redécouverte de la forme originaire et de son histoire telle la chronique d'une obsession. 

 

Albert AYME

In catalogue PREMIERE RETROSPECTIVE Musée des Beaux Arts de Rouen 1983. Revue Fleuve. Page 9

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now